Domaines thématiques

Autonomisation des femmes

En période de conflit armé, les femmes subissent généralement une double victimisation.

Premièrement, ils sont souvent les otages d’un système patriarcal fondé sur la domination et la discrimination fondée sur le sexe. Deuxièmement, une telle situation de discrimination est exacerbée par la présence du conflit armé où la violence sexuelle à l’égard des femmes peut être utilisée comme une arme de guerre. Tous les acteurs armés, étatiques et non étatiques, dans plusieurs contextes, se livrent à des violences sexuelles contre les femmes, qu’il s’agit d’une «pratique habituelle, extensive, systématique et invisible».

La violence sexuelle est également largement utilisée pour exercer un contrôle social et territorial sur les communautés. Les populations d’ascendance africaine et autochtone ont été victimes de discrimination, d’exclusion, d’invisibilité et de désavantages sociaux, économiques et géographiques. En fait, outre tous ces facteurs qui affectent toutes les femmes, elles doivent faire face à une réalité historique liée à l’esclavage, à la discrimination raciale et à des années de violence acceptée contre elles.

L’absence de système efficace et efficient dans l’administration de la justice pour la protection des droits des femmes aggrave la condition de discrimination fondée sur le sexe et les risques de nouvelle victimisation. En outre, la situation de discrimination et d’inégalité produit des effets inévitables sur les opportunités d’emploi.

HOPE a pour but de contribuer à l’autonomisation des femmes et à leur développement économique durable, par le biais de solutions adaptées qui améliorent la réalisation de leurs droits fondamentaux et augmentent leur résilience.


Action contre les mines

Les mines antipersonnel sont des engins explosifs conçus pour blesser ou tuer des personnes, et leur effet mortel ne prend pas fin avec les conflits. Même des décennies après la signature de la paix, ils peuvent se trouver sous le sol ou près du sol jusqu’à ce qu’une personne ou un animal déclenche son mécanisme de détonation. En novembre 2018, 56 États et quatre autres régions présentaient une menace de contamination par les mines antipersonnel. Il n’existe pas d’estimation crédible du nombre total de mines dans le sol dans le monde. Cependant, l’impact des mines peut être mesuré de différentes manières, notamment en faisant la somme des terres inutilisables en raison de la contamination ou en recueillant des données sur le blessé par des mines.

La lutte antimines est le domaine humanitaire qui vise à réduire l’impact social, économique et environnemental des mines terrestres et autres restes explosifs de guerre. La lutte antimines traite des nombreux effets de la contamination par les mines terrestres et les REG sur les personnes et les sociétés.

HOPE vise à contribuer aux cinq piliers de l’action contre les mines (déminage, sensibilisation aux dangers des mines, plaidoyer, assistance aux victimes et destruction des stocks) en fournissant renforcement des capacités, assistance technique, capacité de déminage humanitaire et appui au développement social des communautés affectés.

Soutien complet aux populations autochtones

Il y aurait entre 370 et 500 millions d’Autochtones dans le monde, répartis dans 90 pays. Ils vivent dans toutes les régions géographiques et représentent 5 000 cultures différentes. Les peuples autochtones sont les héritiers et les praticiens de cultures uniques et de façons de nouer des relations avec les autres et avec l’environnement.

Cependant, ils sont plus susceptibles d’être pauvres et vulnérables. Les peuples autochtones, qui représentent moins de cinq pour cent de la population mondiale, représentent 15 pour cent des plus pauvres. Ils sont plus susceptibles de souffrir de malnutrition et manquent souvent de protection sociale adéquate et de ressources économiques.

Cela se traduit par une espérance de vie jusqu’à 20 ans inférieure à celle de leurs homologues non autochtones. Manquant souvent de soins de santé et d’informations adéquats, ils risquent davantage de contracter des maladies telles que le paludisme, la tuberculose, le VIH et le sida.

En outre, les peuples autochtones du monde entier sont confrontés à diverses formes de répression et à des violations des droits qui peuvent souvent être directement ou indirectement attribuées à l’héritage du colonialisme. Dans ce contexte, les femmes autochtones risquent davantage d’être victimes de discrimination et de violence.

Aucun objectif de développement ne peut être atteint de manière durable lorsque de profondes inégalités persistent dans le monde, y compris entre les peuples autochtones et non autochtones.

HOPE a pour but de contribuer à la réalisation des droits humains des autochtones, en leur fournissant un soutien complet, en fonction de leurs besoins spécifiques.